Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 21:19

 

Une proclamation d'exclusivité sans nuance
 


Le cardinal William Levada, actuel « Préfet de la Doctrine de la foi » du Vatican, publiait, le 10 Juillet 2007, un document d'importance qui a la vertu de la clarté. Celui-ci reprend, de façon détaillée et motivée, le texte Dominus Jésus, écrit par son prédécesseur Joseph Ratzinger (l'actuel Benoît XVI), publié en septembre 2000.
L'affirmation centrale est simple : L'Eglise du Christ subsiste historiquement et pleinement dans la seule Eglise Catholique Romaine. Elle n'a Jamais cessé d'exister au cours de l'Histoire. Toujours elle existera, et c'est en elle seule que demeurent à jamais tous les éléments institués par le Christ Lui-même. Les autres religions chré­tiennes: Orthodoxes, Anglicanes, Réformées, Evangéliques, n'ayant pas été fidèles à la foi Catholique originelle, sont privées de la plénitude des voies du salut dont Rome détient l'exclusivité. Les Eglises orthodoxes bénéficient d'un régime de faveur, étant considérées comme « Eglises Particulières », déficientes du fait qu'elles ne reconnaissent pas la primauté du souverain ponti­fie de Rome. Les Eglises Protestantes ne sont que des Communautés ecclésiales, et les Evangéliques des Sectes. A tous, manquent les éléments essen­tiels de la foi catholique. Ils croient au sacerdoce Universel. La fonction de « pasteur » n'est pas un ministère sacré. Ils ont rompu avec la succession apostolique. Leurs sacerdoces ne sont pas valides. Leur conception de l'Eucharistie n'est ni authen­tique, ni intégrale.
Ces déclarations péremptoires reprennent exacte­ment celles de la Constitution sur l'Eglise « Lumen Gentium » du Concile Vatican II (1964). Les rappelant, le cardinal Levada entend lutter contre les interprétations erronées d'une pratique Œcuménique mal comprise et des visions inaccep­tables répandues dans le monde catholique, selon lesquelles l'unité des Eglises ayant éclaté, aucune d'elles ne peut se considérer comme détentrice de la vérité.
Ne s'agit-il pas, en fait, d'une stratégie vaticane visant à rassurer les intégristes lefebvristes, aux­quels Benoît XVI vient d'accorder le droit de célé­brer la messe de St-Pie V, afin de mieux les rallier ?
Et puis, cette autre motivation, exposée par Paula Boyer, Rédactrice en chef de « Pèlerin » (n° 6502 - P. 5) : «Pour le pape, d'abord préoccupé par la Déchristianisation de l'Occident et par l'influen­ce croissante des sectes évangéliques, l'urgence est à l'annonce de la Bonne Nouvelle, pas aux questions de chapelles». Autrement dit, tant le Schisme d'Orient (1054) que la Réforme du XVI"* siècle ne sont plus d'actualité. Le récent accord Luthéro-Catholique touchant à « la justifi­cation par la foi », constitue, pour la diplomatie vaticane, un premier pas dans l'évolution souhaitée. « Le dialogue œcuménique » poursuivi, orienté par Benoît XVI, tend ouvertement (c'est sa vertu) à rassembler autour de lui les brebis 'dispersées...
Quelle aveugle prétention ! Jésus-Christ seul en a le pouvoir et l'accomplira selon la mission qu'il a Reçue de Son Père (JEAN 11/52).
Or, tandis que subsiste la pratique des "indul­gences", détonateur historique de la Réforme, depuis celle-ci, combien de dérives ont alourdi la Tradition romaine au détriment de la Révélation biblique ! Les apparitions mariales, dogmes et pèlerinages qui s'ensuivirent, à eux seuls, ne sont-ils pas dissuasifs ?
Il est temps de nous réveiller, de demander le discernement spirituel, de revenir sérieusement à la Parole de Dieu, cette manne céleste vitale pour survivre dans le désert du monde ! Le mot d'ordre des premiers réformateurs redevient d'une brûlante actualité : « Sola gratia, Sola fide, Sola Christo, Sola Scriptura, Soli Deo gloria ! »
 
                                                                                                                                                     Henri  Gras        -03.08.2007

Références : Henri Tincq  Le Monde / 10.07.07
Pèlerin numéros 6502 - 6503 / 12 et 19.07.07
 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

muriel 08/02/2012 05:51

La chasse aux "hérétiques" est ouverte !
N'est-ce pas de cette façon là, ou dirais-je plutôt, n'est-ce pas de ce mot là dont nous sommes appelés ?
Voilà que certains membres de ma famille n'hésitent plus à le prononcer en me désignant parce que je refuse de me plier aux dogmes et exigences de l'église catholique romaine, à laquelle je ne fais
plus partie, osant même la dénoncer comme menteuse, idôlatre et dérivante !

Un mot venant d'un passé ancien, très ancien, où nos "frères et soeurs" catholiques n'hésitaient pas à tuer, à pourchasser ceux qui s'attachaient à la Bible, et non aux hommes.
Surprise, je l'ai été !
Et je me suis dit "intérieurement", heureusement que je suis née au 20ème siècle, car à une notre époque, j'aurais été sur le bûcher, pour hérésie, ou comme sorcière !

Nous sommes encore, à notre époque, considérés comme des brebis égarées, parcequ'une église s'est accaparée le privilège de la foi, le privilège du salut. On croit rêver !
Comment peut-on s'approprier le salut ?
Comment peut-on se dire l'exclusive de l'âme de l'homme ?
Je reste perplexe et pantoise, de tant d'orgueil et d'audace !

Notre monde appartient à DIeu, tout comme les cieux, tout comme les âmes.

Qui peut, mortel qu'il est, imparfait et pêcheur qu'il est, peut s'affirmer le "détenteur" de ses semblables ?

Comment un homme peut-il s'élever au-dessus de ses semblables, et se dire le garant de sa vie céleste ?

Et comment, surtout, des multitutdes peuvent-ils croire encore et se reposer sur de tels hommes, sans se poser de questions ?

Au regard des évangiles, au regard de l'ensemble des Ecritures, il s'avère que tout est simple, clair, incontournable.

Le salut est personnel. Personne ne peut prédire, ou affirmer de pouvoir donner, offrir le salut.

Le salut ne s'achète pas.
Le salut ne s'obtient pas en pliant les genoux devant une statue, un homme, ni en assistant à des messes, ni en confessant ses péchés à un prêtre, ni en étant baptisé enfant, ni en mangeant un bout
de pain !

Je dirais comme Luther....ma conscience est captive de la Parole de Dieu.

Et je dirais aussi, que si je me trompe que l'on me prouve mes erreurs et mes soi-disants égarements au regard de la Bible.

Ce que j'ai demandé un jour, à ceux qui me traitait "d'hérétique".
Ils refusèrent.
Leur argument ?
Nul n'est capable d'interpréter la Bible, sauf ceux désignés par l'église catholique romaine.
Tout est dit.

Leur prison est drôlement bien gardée....par leurs certitudes. Gardés captifs par leurs obéissances et leur aveuglement envers des gardiens-rois qui les maintiennent dans l'ignorance et la
servitude.

Je ne peux que m'affliger.

Nous sommes au 21ème siècle, baignés dans la connaissance jamais inégalée, et ils se maintiennent dans les liens de l'esclavage, ligotés par l'église romaine dont les erreurs sont sans cesse mises
en lumière par la Parole elle-même.

Si nous sommes captifs de la Parole de Dieu, eux sont captifs du mensonge, et sans doute, un voile d'égarement ont voilé leur regard, parce qu'ils s'obtinent à ne pas voir, ni vouloir la
vérité...celle de l'amour.

Que dire de plus ?

L'avenir est nos portes....et Jésus notre sauveur aussi.

Merci Frère.


Muriel

Média Evangélique

 

Animé par Patrice Garriga

Prédicateur de rues et en porte à porte.

Coéquipier avec les pasteurs du désert.

Engagé dans plusieurs associations humanitaires.

contact: patrice33320@gmail.com

Autres sites que j'anime:   

              http://unseulcheminjesus.over-blog.com

http://evangeliser-selon-la-bible.over-blog.com/

    http://sectes-et-mouvements-religieux-en-france.over-blog.com/

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/

             

 

 

Rechercher Dans Ce Site

LA BIBLE DIT

Lecture de ce troisième dimanche de l'Avent : Livre de Sophonie 3,14-18. Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » J'ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l'humiliation. Livre d'Isaïe 12,2.4bcde.5-6. Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte, Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur ! car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7. Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire ; soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18. Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

NUMEROS D'URGENCE

NUMEROS D'URGENCE ,que faire quand? .....
 http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-24540246.html   
EUTHANASIE,AVORTEMENT?un médecin vous répond.
  http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-26509553.html     
ANNUAIRE DES EGLISES EVANGELIQUES DE FRANCE
  http://www.eglises.org/        
COURS BIBLIQUES PAR INTERNET 
http://www.info-bible.org/cinq/