Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:16

Nous pouvons dire, en toute révérence, que Jésus-Christ est comme saturé de l’Ecriture… Le dixième de ses paroles est tiré de l’Ancien Testament. Sur 1800 versets qui rapportent ses discours dans les quatre Evangiles, 180 sont des citations ou des allusions à la révélation écrite. Si l’on nous reproche de citer constamment des versets de l’Ecriture, que dire de Christ qui les a sans cesse à la bouche ?

 (L’Inspiration et l’autorité de la Bible, éd. Emmaüs, 1967, p. 201)

Repost 0
Patrice Garriga - dans BIBLES
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 17:05
 - Des chrétiens ont été victimes de pillages de la part de musulmans les 23 et 24 mars, en marge de la prise de Bangui, la capitale de la République Centrafricaine, par les rebelles de la Seleka. Ce mouvement, qui tient tous les points stratégiques de la capitale et qui a poussé le président François Bozizé à la fuite, a été accusé par certains de prôner un islam intégriste. Plusieurs chrétiens de République Centrafricaine ont signalé une montée des tensions religieuses depuis quelques mois et ont signifié leur inquiétude devant la tournure des événements, rapporte World Watch Monitor. Des maisons appartenant à des chrétiens ont été pillés à Bangui, alors que des voitures et divers biens leur ont été volés. La cathédrale de la ville a été prise pour cible par des hommes armés. Enfin, une source de World Watch Monitor affirme que la Seleka a détruit plusieurs installations catholiques de la ville .
SOURCE :christianismeaujourdhui
Repost 0
Patrice Garriga - dans AFRIQUE
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 13:52

Méditation de L.S

Le passé c'est le temps des souvenirs, le présent celui de l'action et l'avenir le temps des projets ! Il est important de gérer ces trois époques de façon convenable, avec sagesse, ce qui nous procurera un esprit paisible et une vie équilibrée.
Certaines personnes traînent leur passé comme un boulet, gaspillent le présent par des choses vaines et se projettent dans l'avenir par des rêves fantasques et irréels. Laissons nous donc instruire, afin que chaque temps de notre vie soit une bénédiction de Dieu.J’oublie ce qui est derrière moi et m’efforce d’atteindre ce qui est devant moi. Philippiens 3:13

 

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 13:48

Photo

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 13:06
Repost 0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 19:03
Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 23:48

LUI RESSEMBLER.................. La crucifixion était dans l'Antiquité,un moyen de faire mourir lentement. Les croix étaient disposés sur les lieux de passages très fréquentés pour dissuader les candidats au crime ! Contrairement à certaines idées reçues, elles n'étaient pas très hautes. Les passants pouvaient parfaitement voir le crucifié. Jésus-Christ, du haut de sa croix, a parfaitement vu les soldats, les magistrats, les sacrificateurs, les passants qui se moquaient de lui et l'insultaient, lui, le Fils de Dieu, qui d'un seul mot, aurait pu les anéantir. Au contraire, sa première parole sur la croix, courte comme les six autres, à cause de l'asphyxie provoquée par le supplice, fut une parole de pardon. Il en fut de même de la suivante, au brigand: Tu seras avec moi dans le paradis. Dieu peut nous donner la capacité de pardonner dans des conditions extrêmes. Il l'a vécu. Il y a plus. La troisième parole du Seigneur en croix fut pour sa mère veuve. Il la confia, non à ses frères qui ne croyaient pas en lui, mais à Jean, son plus proche ami. Même en croix, à l'agonie, notre Seigneur se préoccupa des autres. Quelle leçon pour nous ! "Change mon coeur Seigneur, et purifie-moi...... Que je sois comme toi !"

Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 13:36

PSAUME 27:11................... PERDU ?.................. "Vous ne pouvez pas vous perdre; suivez la route principal qui monte jusqu'au village". J'ai écouté ce conseil; en réalité la fameuse route m'éloignait de mon but. Après quelques kilomètres j'ai eu la conviction de m'être égaré. C'est un peu l'histoire de la vie. A qui se fier pour ne pas se tromper de direction ? Ma vie peut être comparée à un chemin. Je dois prendre la bonne direction si je veux arriver au bon endroit ! A qui me fier pour bien m'orienter ? Est-ce que je vais suivre la foule, ou les conseils de philosophes, de leaders ou de gourous, toujours plus nombreux ? Sur ma route, Jésus m'a rencontré, parce qu'il me cherchait. Il n'était pas là par hasard, mais il est venu m'attendre. Il ne m'a pas seulement indiqué le chemin, il m'a invité à croire en lui et à le suivre, sans me contraindre. Si j'ai refusé de l'écouter plus d'une fois en m'éloignant toujours plus, là il m'attendait encore. Sa voix a eu enfin un écho dans mon coeur: j'ai cru. Il m'a saisi par sa main puissante et m'a définitivement sauvé du chemin qui mène à la perdition. Maintenant, aux côtés de celui qui me tien par la main, quel bonheur d'entendre ses paroles mêmes: "Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie; personne ne vient au Père si ce n'est par moi" (Jn 14:6). Par sa mort pour nous délivrer de nos péchés, Jésus nous a ouvert la voie qui nous donne accès auprès du Père. Demandons-lui de marcher sur les traces de Jésus. Remercions-le aussi de nous avoir fait connaître le chemin qui mène à la vie.

Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:31

LETTRE A UN FRERE CHRETIEN       (Lettre ouverte écrite peu de temps avant sa mort)

Cher ami et frère en Christ,

Vous m'avez écrit que certains des écrits de Benoit XVI vous avez édifiés.
L'idée sous-jacente est de le dédouaner des charges parfois monstrueuses,
anciennes et modernes. qui pèsent contre lui. Un livre écrit par mon ami
Pierre Wheeler d'Arras et bien documenté sur le sujet appelle ça : « La
course vers Rome ». Par votre arrière-plan évangélique. je vous croyais
sourd au son des cloches de Rome, mais je constate que le courant
majoritaire, actuel vous entraine à sa suite. C'est dans l'air du temps.
Aujourd'hui on ne doit plus critiquer l'opinion des autres ou dénoncer
l'erreur, c'est mal vu. Mai 68 n'est pas mort : il est interdit
d'interdire. A chacun se vérité! Seule la politique échappe à cette règle;
sur ce plan-là on peut s'en donner à cœur joie, se tirer dans les jambes,
abaisser l'autre, le dénigrer, pas de quartier, personne ne vous en
voudra. Mais dés qu'il s'agit des choses de Dieu et de l'église catholique
surtout, c'est tabou; c'est être un mauvais protestant que d'encore
protester, de parler des erreurs et du lourd passé de cette Église Qu'en
dit la Bible ? Paul exhortait Timothèe (2 Tim. 1:7) à dominer « un esprit
de timidité » qui peut tourner à la compromission s'il n'est pas surmonté.
J'admets qu'il faut dire les choses avec tact et amour. Aucun homme n'en
avait autant que le Seigneur. Cependant à la Samaritaine il a dit des
paroles qui aujourd'hui pousseraient n'importe qui à terminer l'entretien.
Imaginez que, comme lui, je dise à un catholique: « Vous les catholiques,
vous adorez ce que vous ne connaissez pas. nous nous adorons ce que nous
connaissons car le salut vient des protestants évangéliques » (Jean 4:22).
Ce serait l'explosion. Pourtant Lui la fait. Mais la disposition de son
interlocutrice était bonne, elle a accepté la vérité et elle a été sauvée.

Aux païens d'Athènes qui avaient leurs convictions religieuses, Paul
n'hésitait pas à les caresser á rebrousse-poil : « Dieu n'habite pas dans
des temples faits de main d'homme... Il ne faut pas croire que la divinité
soit semblable à de l'or, de l'argent, de la pierre sculptés par l'art et
l'industrie des hommes » (Actes 17:29). Et il faudrait que nous, nous
mettions la vérité sous le boisseau!

J'admets que toutes les vérités fondamentales existent dans le
catholicisme. Mais pour les retrouver, c'est l'aiguille dans la botte de
foin. Quel fatras quel En voici quelques exemples. En 1974 Paul VI
encourageait d'un côté la lecture du N.T et en même temps promulguait le
dogme de Marie élevée au rang de « Mère de l'Église » Or, les deux sont
irréductiblement opposés l'un à l'autre.

Le Nouveau Catéchisme mélange Eucharistie et Cène alors que les deux sont
comme le feu et l'eau ! L'une est un sacrement sacrificiel et "causatif de
salut". L'autre un mémorial qui, comme précisé, est un souvenir et non un
sacrifice. Est-ce le tantôt l'un, tantôt l'autre à la convenance de
chacun? Je suis bien renseigné sur le sujet, lors de chaque messe, J-C.
viendrait souffrir à nouveau dans chaque hostie et dans chaque Église
catholique du monde, toutes les souffrances de GoIgotha. Inimaginable! Et
en totale contradiction avec le « Une fois pour toute » appelé à maintes
reprises dans l'écriture. Car la messe est bien selon le dogme romain le
sacrifice renouvelé du Christ.

Vous me dites avoir été édifié par les écrits du Souverain Pontife actuel.

Le faux prophète Balaam faisait mieux. Son témoignage porte sur trois
chapitres entiers. Il savait proclamer des prophéties divinement inspirées
et même l'annonce de Noël! Parmi beaucoup d'autres bonnes choses, il
savait dire cette phrase sublime: « Que je meure de la mort des justes et
que ma fin soit semblable à la leur! ». Mais tandis que d'une main il
bénissait Israël, de l'autre il le trahissait, comme un comédien qui joue
le rôle du policier un jour et celui d'un gangster un autre jour. D'un
côté il disait des paroles édifiantes, de l'autre côté il distillait en
secret un enseignement maléfique qui fit vingt quatre mille morts dans les
rangs d'Israël. Et qu'est-il arrivé à ce Balaam qui savait dire de si
grandes vérités? Il fut mis à mort sur l'ordre de Dieu et de Moïse
(Nomb.31:1,2,8).

Jésus n'a pas dit autre chose. A ceux qui en son Non auront dit, écrit!
prophétisé, chassé des démons, fait des miracles sous le couvert de le
servir, sa condamnation a été cinglante: « Je leur dirai ouvertement, je
ne vous ai jamais connu, retirez-vous de moi, ouvriers d'iniquité »
(Matt.7:22,23).

Du double langage et de la belle façade, notre bon La Fontaine disait déjà:
« Ce sac enfariné ne me dit rien qui vaille! ». Ce disant, il reprenait
sans le savoir les paroles de Paul selon lesquelles les vrais serviteurs
de Dieu doivent se tenir « éloignés de la duplicité ». (double langage,
conduit à deux faces).

En 2 Rois 17:33 et 34 on découvre l'existence de ceux qui vont devenir les
Samaritains. D'origine païenne, ils furent déplacés en terre sainte et,
selon ce qu'en dit le texte, ils vont faire un méli-mélo de vérités et
d'anti-vérités que Dieu censurera par 1) ils craignaient l'Éternel, 2) ils
servaient en même temps leurs dieux, 3) et, verdict final: ils ne
craignaient point l'Éternel ...

Je pourrais écrire des pages d'expériences vécues à propos de la duplicité,
du mensonge et de l'art de « tordre les Écritures pour sa propre
destruction » comme osait le dire ce bon Pierre en 2.3:16.

Lors d'une évangélisation en zone rurale, j'ai rendu une visite d'approche
et de courtoisie au curé de la paroisse. L'entretien à immédiatement
tourné à l'affrontement. Comme on était en période de festivités mariales,
je lui ai cité ce qu'écrivaient en termes dithyrambiques leurs propres
journalistes dans la presse catholique à propos de la Vierge. II me
répondit que sa foi n'était pas liée à ce que disaient des journalistes.
Il me mettait ainsi en porte-à-faux. Que pouvais-je encore lui opposer,
puisqu'il niait les fondements d'un dogme qu'il était censé défendre? Le
surlendemain, un dimanche, je me suis mêlé à la foule qui se rendait à la
messe. L'homélie était remplacée par une longue lettre du cardinal en
exercice, lettre qui devait être lue ce dimanche-la dans toutes les
Églises du pays. Du haut de la Chair, il parcourut l'auditoire d'un
regard. Quand il m'aperçut il marqua un temps d'arrêt. Bravant ce moment
d'hésitation, il se mit à lire avec détermination la lettre qui contenait
tout ce qu'il m'avait nié la l'avant-veille: "Si vous avez péché venez à
Marie, si vous êtes découragés venez à Marie... venez à Marie, venez à
Marie, et encore et encore..." Ainsi, la foi mariale qu'il avait reniée en
privé, il l'affirmait haut et clair devant tous. Grâce à la casuistique
(accommodement de conscience) il lui suffisait de faire le signe de croix
sous la table avec le pied pour être pardonné de ce qu'il m'avait dit deux
jours avant!

Non, je ne joindrai pas ma voix à ceux qui vous accueillent par un Alléluia
fortissimo et qui finissent par un Ave Maria pianissimo.


Fernand LEGRAND

Source :L'entente évangelique

Repost 0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 22:48

Mais de nos jours beaucoup de Chrétiens laissent le job de prêcher la parole aux évangélistes aux pasteurs et aux télévangélistes, nous préférons le confort de nos églises climatisées et de nos divans rembourrés et moelleux. Nous les écoutons en pensant: ’Vas-y mon frère divertis-moi, nourris-moi, et si ce que tu racontes me plais je te donnerai de l’argent.’ N’est-ce pas cette mentalité qui à envahi nos églises? Trouve-t-on encore des pasteurs qui sont zélés pour l’évangile de Christ, nous sommes devenus beaucoup trop replus, trop contents de soi. Ou est l’assurance l’audace?

Qui vient frapper à notre porte le samedi matin? Des chrétiens remplis du Saint-Esprit? Sûrement pas. Ce sont plutôt des Témoins de Jéhovah ou des Mormons.

Lorsqu’une majorité de Chrétiens décideront de répandre le message du salut avec assurance et avec audace, et ce aux membres de leur famille, à leurs voisins, à leurs confrères de travail et à leurs amis, alors je croirai en un réveil.

Yves Brault  (Chrétien vivant aux USA)

Repost 0

Média Evangélique

 

Animé par Patrice Garriga

Prédicateur de rues et en porte à porte.

Coéquipier avec les pasteurs du désert.

Engagé dans plusieurs associations humanitaires.

contact: patrice33320@gmail.com

Autres sites que j'anime:   

              http://unseulcheminjesus.over-blog.com

http://evangeliser-selon-la-bible.over-blog.com/

    http://sectes-et-mouvements-religieux-en-france.over-blog.com/

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/

             

 

 

Rechercher Dans Ce Site

LA BIBLE DIT

Lecture de ce troisième dimanche de l'Avent : Livre de Sophonie 3,14-18. Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » J'ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l'humiliation. Livre d'Isaïe 12,2.4bcde.5-6. Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte, Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur ! car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7. Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire ; soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18. Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

NUMEROS D'URGENCE

NUMEROS D'URGENCE ,que faire quand? .....
 http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-24540246.html   
EUTHANASIE,AVORTEMENT?un médecin vous répond.
  http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-26509553.html     
ANNUAIRE DES EGLISES EVANGELIQUES DE FRANCE
  http://www.eglises.org/        
COURS BIBLIQUES PAR INTERNET 
http://www.info-bible.org/cinq/