Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 12:14
  • Une fausse doctrine de Benny Hinn qui s'oppose à la souverainté de Dieu et qui fait malheureusement son chemin en terre Pentecôtiste en France .

    .Pour donner un exemple : dans son programme sur TBN, le 3 novembre 1990, Benny Hinn a déclaré : "Vous savez quoi ? Nous l’avons dit un million de fois, et ce n’est même pas biblique ! Tout cela à cause de Job ( qui vient d'apprendre la mort de ses enfants ) ! Il a dit : "L’Eternel a donné, et l’Eternel a ôté ; que le nom de l’Eternel soit béni !" (Job 1 :21). J’ai une bonne nouvelle pour vous ! Ce n’est pas ce qu’enseigne la Bible ! Ce n’est pas la Bible ! Le Seigneur donne, et Il ne reprend jamais ! Ce n’est pas parce que Job a dit "que le nom de l’Eternel soit béni" qu’il avait raison ! Il avait une attitude religieuse. Si vous êtes religieux, cela ne signifie pas que vous avez raison !"

    Benny Hinn semble n’avoir jamais lu le verset suivant : "En tout cela, Job ne pécha point et n’attribua rien d’injuste à Dieu". La Bible déclare donc elle-même que les paroles de Job étaient justes…
    source: actualité chretienne
Repost 0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:55

Nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir un livre de la Bible dont le message est plus que jamais d'actualité: le livre des Juges. Voici trois études proposées par Mike Evans. http://www.tresorsonore.com/fiche2010.php?idf=11698

Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:04
Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 22:23

Le réveil des chrétiens, c'est encore et ce doit être pour les collectivités chrétiennes le retour à la saine doctrine et aux seuls principes ecclésiastiques posés par les apôtres, en un mot à une fidélité biblique stricte et entière.

E. RAYNAUD, Pasteur de l'église de Colombes de 1907 à 1933
le Lien Fraternel, Avril 1925

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 19:10
Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 15:03

Mais que dit l'Ecriture? Elle dit que "l'homme spirituel juge de tout" (1 Corinthiens 2:15). Ne serions-nous plus assez spirituels pour discerner le mal? Paul s'adressait à ses lecteurs comme à des personnes à la fois raisonnables et spirituelles, les invitant à juger eux-mêmes de ce qu'il leur disait (1 Corinthiens 10:15). Mais juger veut tout d'abord dire examiner, apprécier, distinguer, émettre un avis, et non pas simplement prononcer une condamnation. Seul un chrétien respectueux de la Parole de Dieu et animé du Saint-Esprit aura à la fois assez d'amour, de connaissance spirituelle, de clairvoyance, d'humilité et de fermeté pour pouvoir juger ainsi. Il est vrai que Jésus a dit : "Ne jugez point afin que vous ne soyez pas jugés" (Matthieu 7:1). C'est qu'il y a de ces jugements téméraires, hâtifs, injustes et hypocrites que le Seigneur réprouve. Mais il en est d'autres qui s'imposent, parce qu'ils sont destinés à protéger les chrétiens et les églises contre les ruses de l'adversaire qui tend à désarmer les enfants de Dieu. Beaucoup de personnes, ayant de bonnes intentions mais étant peu éclairées, sont plus préoccupées par un rapprochement sentimental et superficiel des chrétiens de toutes tendances, que par la manifestation de la véritable unité dans la vérité révélée et dans l'amour vrai. L'apôtre Paul a mis en garde contre ceux "qui suscitent divisions et scandales en s'écartant de l'enseignement reçu" en ordonnant, non pas de se rapprocher, mais de s'éloigner d'eux (Romains 16:17). Il a dénoncé et jugé ceux qui pervertissaient l'Evangile en annonçant un autre évangile (Galates 1:7-9), tout comme l'apôtre Jean ordonna de ne pas recevoir celui qui n'apportait pas la vraie doctrine du Christ (2 Jean 10). Etait-ce de l'intolérance de la part des apôtres ou plutôt la preuve de leur sollicitude pour les chrétiens dont ils avaient la charge ? N'est-ce pas une ruse du diable que de faire passer pour de l'intolérance toute signalisation de dangers qui menacent la vie spirituelle des enfants de Dieu?

Définition

Si être tolérant signifie respecter la liberté et les opinions d'autrui, ne pas chercher à imposer aux autres nos propres vues et essayer de comprendre les leurs, alors nous sommes pour la tolérance et nous ne pouvons que condamner l'intolérance, cette "attitude hostile et agressive à l'égard de ceux qui ne partagent pas nos idées". Mais si, par tolérance, on entend cette ouverture à l'erreur, ce refus de prendre position pour ce qui est vrai et juste et contre ce qui est faux et inique selon les Ecritures, alors il ne s'agit plus de tolérance, mais d'une défaillance par laquelle on se rend complice du mal. On constate que ceux qui parlent beaucoup de tolérance se montrent souvent très intolérants à l'égard de ceux qui ne les suivent pas. Il y a d'ailleurs dans la notion même de tolérance une évidente dépréciation de celui que l'on tolère, c'est-à-dire auquel on accorde une liberté limitée et non un droit véritable.

Vigilance

Le chrétien qui se veut fidèle au Seigneur doit certainement savoir écouter et respecter celui dont les opinions diffèrent des siennes et faire bon accueil à qui est faible dans la foi (Romains 14:1). Mais il lui faut aussi veiller à ne pas favoriser ce qui, à la lumière de la Parole de Dieu, lui apparaît comme une erreur et à ne pas se laisser lui-même gagner par celle-ci en se montrant à son égard plus tolérant que ne le furent Christ et les Apôtres. En annonçant tout le plan de Dieu sans en rien cacher (Actes 20:27), les apôtres ont aussi dénoncé les œuvres infructueuses des ténèbres (Ephésiens 5:11). Or, en ce qui concerne ce dernier point, on constate un certain assoupissement des sentinelles. N'y aurait-il plus de dangers à craindre, ou les sentinelles seraient-elles frappées de cécité au point de ne plus les percevoir? C'est parfois aussi par opportunisme, pour avoir la paix, ou au nom d'une charité mal comprise que l'on refuse de stigmatiser le mal et l'erreur.

Pas de confusion

Il incombe donc aux serviteurs de Dieu conscients de ces dangers d'analyser ce que professent ceux qui, au nom de la tolérance, cherchent à réunir le meilleur et le pire. C'est parce que la fidélité à la Parole de Dieu, la fermeté dans la foi et le refus du compromis avec l'erreur sont en maints lieux considérés comme de l'intolérance que le mal rencontre de moins en moins de résistance dans beaucoup de milieux chrétiens. Pesons donc les mots que nous utilisons et ne leur attribuons pas un sens impropre, de peur que la confusion n'augmente encore plus et que le peuple, même le peuple de Dieu, ne sache bientôt plus distinguer sa droite de sa gauche.

Heureusement qu'il se trouve encore des enfants de Dieu, avertis qui n'ont pas peur des mots, qui ne transigent pas lorsqu'il s'agit d'exigences divines à respecter, et dont la complaisance ne va pas jusqu'au silence coupable, voire même au reniement.

Etre vraiment tolérant, c'est d'abord admettre que chacun puisse exprimer sa pensée et agir selon ses convictions, pour autant que cela ne porte pas atteinte à la liberté et aux droits d'autrui. Mais être tolérant, c'est aussi reconnaître à chacun la liberté et le droit de dire pourquoi il n'est pas d'accord avec telle orientation, tel enseignement ou telle pratique et de prendre les décisions que lui dicte sa conscience. Là où toute analyse critique est condamnée, là où il faut subir en silence la loi du plus fort ou des plus nombreux, il n'y a plus de tolérance, mais de l'évidente intolérance.

Conclusion

Tolérance ou intolérance? Ce sont des termes dont l'emploi n'est pas sans équivoque et qu'il ne faudrait pas utiliser sans en préciser l'acception qu'on leur donne. Il y va de la vérité, non pas de la nôtre, mais de celle du Seigneur. Seule sa vérité libère (Jean 8:32) et sanctifie. Or, sa Parole est la Vérité (Jean 17:17). C'est elle qui doit déterminer jusqu'où peuvent aller nos "ouvertures" et nos alliances sans qu'elles ne deviennent des trahisons ou de l'apostasie.

Source: Centre de Recherches, d'Information et d'Entraide (CRIE)

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 13:58

Excellente étude mettant en garde contre l'évolutionisme théiste appelé aussi le créationisme progressif.
Patrice Garriga
http://www.regard.eu.org/Etudes.bibliques/TXT.complet.Etudes.bible/HETOLCDP.html

Repost 0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:58

Notre monde se gave d'illusions et de matérialismes pour mieux cacher sa famine spirituelle .

Repost 0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 14:21

(...........)

Mais une autre différence est également pointée par les partenaires protestants

des adventistes : l’accent jugé excessif que les adventistes mettent sur la Loi de Moïse. Cette

focalisation sur la loi conduit aussi les protestants, qu’ils soient évangéliques ou non, à

soupçonner les adventistes de prêcher un « autre Évangile » que celui de la grâce en Jésus-

Christ. L’enseignant et théologien évangélique Jules-Marcel Nicole (1907-1997), qui a formé

trois générations de pasteurs à l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne, a résumé avec un

grand rigorisme comment beaucoup d’évangéliques perçoivent ce poids jugé trop lourd de la loi dans l’économie du salut selon les adventistes. Il a rédigé un opuscule intitulé dans

Les adventistes du 7e jour ont-ils raison ?

La conclusion est négative. Il observe : “Faut-il saluer

en eux des frères en Christ, égarés assurément, mais frères quand même, ou les combattre

comme de faux docteurs ? Il est probable que l’on trouve parmi eux des croyants qui se

fondent sur Jésus seul pour leur salut et qui, de ce fait, ont réellement passé par la nouvelle

naissance. Mais il est à craindre que beaucoup, induits en erreur par certains aspects de leur enseignement officiel, ne voient dans l’observation de la loi une condition pour être sauvés, et ne tombent sous l’anathème dont Saint Paul frappe ceux qui s’attachent ‘à un autre Évangile”’qui n’en est pas un”

. Le pasteur et responsable évangélique Gérard Dagon, longtemps à la

tête de la Fédération Evangélique de France (FEF), écrivait vingt ans plus tard des propos

assez similaires, preuve d’une méfiance persistante à l’égard du légalisme supposé des

adventistes. (...............)

Extrait d'une étude de Sébastien Fath

Repost 0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 13:13

Article de Bernard Blandre historien.

Dans son édition datée du 15 juillet 2013 (mais publiée avant la date indiquée), "La Tour de Garde", le périodique étudié par les témoins de Jéhovah dans leurs congrégations, contient un dossier d'articles qui modifient de façon importante certaines croyances enseignées jusqu'alors. Le chapitre 24 de l'évangile de Matthieu est réinterprété.

L'"esclave fidèle et avisé" fait l'objet d'une nouvelle compréhension. Avant 1916 les précurseurs des témoins de Jéhovah, les étudiants de la Bible, considéraient que c'était leur fondateur, Charles Taze Russell. Après sa mort en 1916 son successeur Rutherford a fait admettre l'idée qu'il s'agissait en fait des 144 000 oints destinés à être changés en êtres spirituels pour règner avec Jésus au Ciel pendant le millenium. Désormais, l'esclave fidèle et avisé est identifié au Collège central, c'est-à-dire à l'équipe dirigeante de 8 membres qui est au sommet de la hiérarchie institutionnelle de l'organisation mondiale jéhoviste.

La chronologie est réinterprétée.Russell, reprenant les calculs de Barbour, avait mis en valeur l'importance de l'année 1914 : Elle devait être celle de la grande tribulation caractérisée par l'effondrement de l'ensemble du système politique, social et religieux mondial pour faire place nette au royaume de Dieu. Au même moment les 144 000 devaient être regroupés au Ciel pour règner avec Jésus. Après 1914 il avait fallu constater que ce qui était attendu ne s'était pas produit et la date avait été réinterprétée : 1914 avait été comprise comme le début de la grande tribulation : Jésus avait pris au Ciel sa fonction de roi, il en avait chassé Satan et ses démons qui se déchainaient depuis sur Terre, d'où d'abord la première guerre mondiale "et ensuite les malheurs dont souffre l'humanité.

La nouvelle interprétation exposée dans La Tour de Garde du 15 juillet 2013 maintient l'année 1914 mais en minimise l'importance. 1914 n'est plus que le "commencement des douleurs". Jésus a bien pris sa fonction de roi au Ciel mais n'est pas encore juge des nations. De 1914 à 1919 il a purifié le "temple spirituel", les étudiants de la Bible dont il a séparé le "blé" des "mauvaises herbes" dans le cadre de la profonde crise interne qu'ils avaient alors subie. Cela lui a permis d'établir l'esclave fidèle et avisé dans sa fonction de dispensateur de nourriture spirituelle.

1914 n'est pas l'année du début de la grande tribulation : il ne s'agit pas d'une guerre, fût-elle mondiale, mais d'une attaque de l'Organisation des Nations Unies contre la fausse religion; cette attaque n'a pas encore eu lieu.

La suite est encore à venir : la grande tribulation sera momentanément écourtée pour permettre aux témoins de Jéhovah d'y échapper, puis surviendra la bataille d'Har-Maguédôn par laquelle Jésus aidé des anges et des 144 000 vaincra définitivement les tenants de la fausse religion. La phase suivante sera celle du resplendissement des justes : les oints règneront avec Jésus au Ciel.

En résumé : par rapport à ce qui était enseigné auparavant, la nouvelle conception minimise l'importance des étudiants de la Bible qui ne sont plus considérés comme éléments de l'esclave fidèle et avisé. Elle réduit l'importance de 1914, et limite l'esclave fidèle et avisé aux seuls membres du Collège central des témoins de Jéhovah. Il sera intéressant de constater les réactions des témoins de Jéhovah de base auxquels l'esclave fidèle et avisé avait enseigné les anciennes conceptions.

Cet article résume celui publié des "Mouvements Religieux" de février-mars 2013 .

Repost 0

Média Evangélique

 

Animé par Patrice Garriga

Prédicateur de rues et en porte à porte.

Coéquipier avec les pasteurs du désert.

Engagé dans plusieurs associations humanitaires.

contact: patrice33320@gmail.com

Autres sites que j'anime:   

              http://unseulcheminjesus.over-blog.com

http://evangeliser-selon-la-bible.over-blog.com/

    http://sectes-et-mouvements-religieux-en-france.over-blog.com/

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/

             

 

 

Rechercher Dans Ce Site

LA BIBLE DIT

Lecture de ce troisième dimanche de l'Avent : Livre de Sophonie 3,14-18. Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » J'ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l'humiliation. Livre d'Isaïe 12,2.4bcde.5-6. Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte, Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur ! car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7. Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire ; soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18. Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

NUMEROS D'URGENCE

NUMEROS D'URGENCE ,que faire quand? .....
 http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-24540246.html   
EUTHANASIE,AVORTEMENT?un médecin vous répond.
  http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-26509553.html     
ANNUAIRE DES EGLISES EVANGELIQUES DE FRANCE
  http://www.eglises.org/        
COURS BIBLIQUES PAR INTERNET 
http://www.info-bible.org/cinq/