Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 09:37
Un sdf de plus, mort ce mois-ci!
Via @[1193435088:2048:Marc Lagoutte] SDF, José est tombé le jeudi 7 février 2013 au matin, rue du Poteau, dans le 18e arrondissement de Paris. C’était son périmètre depuis des années. Tout le monde le connaissait. Il était comme chez lui sur son morceau de trottoir. Et pourtant, la rue a fini par avoir raison de lui. Portrait. En ce froid matin d’hiver, José n’arrive pas à se réchauffer. Il grelotte. Il a allongé ses jambes en travers du trottoir. Ce 7 février 2013, comme tous les jours, les passants l’ont sans doute enjambé sans prêter attention. Quand la boulangère le secoue, il ne répond plus. Il fera plusieurs arrêts cardiaques avant de s’éteindre à l’hôpital Bichat trois jours plus tard. « Je suis la dernière personne à lui avoir parlé », s’émeut Jeannine Cousin. Elle tient depuis 13 ans la boulangerie du 20 rue du Poteau, près de laquelle José avait élu domicile. « Il nous manque, ça fait un vide. Il y avait du respect entre nous. José, il avait une certaine conversation, une certaine éducation. Il était très érudit. » Reconstituer l’histoire de José, c’est s’attaquer à un puzzle aux pièces manquantes. Tout le monde le connaissait et à la fois personne. À beaucoup, José a confié qu’il était « un enfant de la DDASS ». À certains, il a aussi raconté que ses parents étaient mariniers sur la Seine, et qu’enfant, il avait vécu sur une péniche qui transportait du sable. À Olivier, charcutier au 22 rue du Poteau, il a même rapporté avoir perdu une sœur âgée de 3 ans qui s’était noyée après être passée par-dessus bord. « Trois ans chez les paras » Corinne, riveraine, livre sa version : « Il disait qu’il avait vécu de foyers d’accueil en foyers d’accueil. Puis chez une mère adoptive dans les HLM Porte de Montmartre. Mais ça s’est mal passé et il s’est retrouvé à la rue. » Paula, restauratrice rue Letort, lui connaissait un domicile, il y a 10 ou 15 ans, impasse Letort, dont il aurait été expulsé pour loyer impayé. Mais les locataires actuels de l’immeuble ne sont pas là depuis assez longtemps pour s’en souvenir. Autre pièce au puzzle, isolée : José racontait qu’il avait « fait trois ans chez les paras », suivi les entraînements, avant de se désengager. On ne lui connaissait pas de travail. Quelques déménagements peut-être, selon la boulangère qui se souvient : « Quand on lui disait : tu devrais chercher un boulot, il répondait : pourquoi ? Quand je vois que les retraités aujourd’hui n’arrivent pas à joindre les deux bouts… » « Il s’est laissé mourir » José bénéficiait de l’aide des commerçants et habitants du quartier, qui le dépannaient d’une pièce, d’un sandwich, d’une cigarette, de vêtements chauds. Mickaël et Fred, qui tiennent deux boutiques de textile rue du Poteau respectivement depuis six et dix ans, sont de ceux-là. José leur a même écrit depuis sa cellule lors de ses courts séjours en prison, après des bagarres et des affaires de drogue. Ils lui ont envoyé des mandats pour qu’il puisse cantiner. « Depuis deux ans, José avait arrêté de prendre du crack, raconte Mickaël. Il ne pouvait plus payer sa drogue. Il était passé à l’alcool. Deux ou trois petites bouteilles de vodka par jour. Ça ne lui réussissait pas. Et puis je pense qu’il s’est laissé mourir. » Courant janvier 2013, José a en effet perdu son compagnon de rue : un sans-abri Portugais, dit « Tino » qui a succombé à une hépatite C. « Il ne voulait pas quitter son quartier » José était connu des associations d’aide aux démunis. Florence, bénévole aux Robins des Rues, et membre du collectif des Morts de la rue confirme : « Beaucoup de monde le rencontrait lors des maraudes. Mais il n’avait pas de suivi social, même pas de domiciliation administrative. Quand on lui disait d’appeler le 115, il refusait. Il disait qu’il ne voulait pas quitter son quartier, qu’il y était très attaché, qu’il y était aimé. » Le Collectif des Morts de la Rue dénombre depuis 2002 les SDF qui meurent prématurément et tente de connaître leur histoire. José figure dans la triste liste des décès du mois de février 2013. Il y apparaît sous son nom de famille « Arnout ». Il avait 47 ans. il y a 48 minutes · Je n’aime plus · 6
Via Marc Lagoutte photo via la musica 
 
SDF, José est tombé le jeudi 7 février 2013 au matin, rue du Poteau, dans le 18e arrondissement de Paris. C’était son périmètre depuis des an...nées. Tout le monde le connaissait. Il était comme chez lui sur son morceau de trottoir. Et pourtant, la rue a fini par avoir raison de lui. Portrait.

En ce froid matin d’hiver, José n’arrive pas à se réchauffer. Il grelotte. Il a allongé ses jambes en travers du trottoir. Ce 7 février 2013, comme tous les jours, les passants l’ont sans doute enjambé sans prêter attention. Quand la boulangère le secoue, il ne répond plus. Il fera plusieurs arrêts cardiaques avant de s’éteindre à l’hôpital Bichat trois jours plus tard. « Je suis la dernière personne à lui avoir parlé », s’émeut Jeannine Cousin. Elle tient depuis 13 ans la boulangerie du 20 rue du Poteau, près de laquelle José avait élu domicile. « Il nous manque, ça fait un vide. Il y avait du respect entre nous. José, il avait une certaine conversation, une certaine éducation. Il était très érudit. »

Reconstituer l’histoire de José, c’est s’attaquer à un puzzle aux pièces manquantes. Tout le monde le connaissait et à la fois personne. À beaucoup, José a confié qu’il était « un enfant de la DDASS ». À certains, il a aussi raconté que ses parents étaient mariniers sur la Seine, et qu’enfant, il avait vécu sur une péniche qui transportait du sable. À Olivier, charcutier au 22 rue du Poteau, il a même rapporté avoir perdu une sœur âgée de 3 ans qui s’était noyée après être passée par-dessus bord.

« Trois ans chez les paras »

Corinne, riveraine, livre sa version : « Il disait qu’il avait vécu de foyers d’accueil en foyers d’accueil. Puis chez une mère adoptive dans les HLM Porte de Montmartre. Mais ça s’est mal passé et il s’est retrouvé à la rue. » Paula, restauratrice rue Letort, lui connaissait un domicile, il y a 10 ou 15 ans, impasse Letort, dont il aurait été expulsé pour loyer impayé. Mais les locataires actuels de l’immeuble ne sont pas là depuis assez longtemps pour s’en souvenir.

Autre pièce au puzzle, isolée : José racontait qu’il avait « fait trois ans chez les paras », suivi les entraînements, avant de se désengager. On ne lui connaissait pas de travail. Quelques déménagements peut-être, selon la boulangère qui se souvient : « Quand on lui disait : tu devrais chercher un boulot, il répondait : pourquoi ? Quand je vois que les retraités aujourd’hui n’arrivent pas à joindre les deux bouts… »

« Il s’est laissé mourir »

José bénéficiait de l’aide des commerçants et habitants du quartier, qui le dépannaient d’une pièce, d’un sandwich, d’une cigarette, de vêtements chauds. Mickaël et Fred, qui tiennent deux boutiques de textile rue du Poteau respectivement depuis six et dix ans, sont de ceux-là. José leur a même écrit depuis sa cellule lors de ses courts séjours en prison, après des bagarres et des affaires de drogue. Ils lui ont envoyé des mandats pour qu’il puisse cantiner.

« Depuis deux ans, José avait arrêté de prendre du crack, raconte Mickaël. Il ne pouvait plus payer sa drogue. Il était passé à l’alcool. Deux ou trois petites bouteilles de vodka par jour. Ça ne lui réussissait pas. Et puis je pense qu’il s’est laissé mourir. » Courant janvier 2013, José a en effet perdu son compagnon de rue : un sans-abri Portugais, dit « Tino » qui a succombé à une hépatite C.

« Il ne voulait pas quitter son quartier »

José était connu des associations d’aide aux démunis. Florence, bénévole aux Robins des Rues, et membre du collectif des Morts de la rue confirme : « Beaucoup de monde le rencontrait lors des maraudes. Mais il n’avait pas de suivi social, même pas de domiciliation administrative. Quand on lui disait d’appeler le 115, il refusait. Il disait qu’il ne voulait pas quitter son quartier, qu’il y était très attaché, qu’il y était aimé. » Le Collectif des Morts de la Rue dénombre depuis 2002 les SDF qui meurent prématurément et tente de connaître leur histoire. José figure dans la triste liste des décès du mois de février 2013. Il y apparaît sous son nom de famille « Arnout ». Il avait 47 ans.

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 04:53

De plus en plus de gens sont dans ce cas ... C'est vraiment honteux d'avoir laissé rendu à ce point :(((

 

« J’avais osé rêver d’un abri charitable,
Accueillant tour à tour les lassés du chemin,
Les pauvres cœurs blessés mangeant à notre table,
Et peut-être parfois un petit orphelin.
Mais j’ai si peu donné de ma pauvre abondance,
Que je m’suis demandé, pourquoi suis-je donc né… » (Gil Bernard

Repost 0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 12:47
Repost 0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 12:38

 

Un chalet pour les SDF

L'association ISF 33 cherche depuis neuf mois un bout de terrain pour y implanter un chalet en bois, afin de pouvoir offrir un logement décent à ceux qui vivent dans la rue.

Didier Baude (à droite) souhaiterait reloger des personnes comme Didier, aujourd'hui SDF.

Didier Baude (à droite) souhaiterait reloger des personnes comme Didier, aujourd'hui SDF. (ph. J.-M. L. B.)

Tout le monde connaît l'ISF en sa qualité d'Impôt sur la fortune. Mais l'ISF 33, acronyme d'Immobilier social pour fragilisés, reste assez confidentiel. Pourtant, cette association, installée à Bègles et présidée par Didier Baude, lui-même ancien SDF, ne manque pas d'initiative. Il y a six mois, il a lancé l'idée d'implanter un chalet en bois chez un propriétaire, afin d'y accueillir une personne vivant aujourd'hui dans la rue.

« Il y a de plus en plus de gens dans cette situation, prévient-il. Rien que sur Bègles, j'ai recensé quatre squats, mais il en existe une bonne dizaine. » Et de citer en exemple Didier, qui vit depuis huit ans dans la rue et s'est « installé » voici six mois à Bègles, dans un abri de fortune bricolé sous un pont. « Je cherche un travail dans la soudure. Il me manque juste les outils et le gaz, sinon je sais tout faire. » Ce sont des gens comme Didier qui pourraient bénéficier de l'offre d'ISF 33.

Premier chalet offert

Le principe est simple : un propriétaire achète la maisonnette de 20 mètres carrés pour 20 000 euros avant de la louer. Le montant du loyer, fixé à 300 euros et pris en charge par la Caisse d'allocations familiales à hauteur de 250 euros, permet de rembourser l'investissement. Le locataire assume le reste, soit 50 euros, et l'association s'en porte garante.

Didier Baude a tenté d'implanter son idée, auprès de l'Association des maires de France et ceux d'Aquitaine, jusqu'à présent sans aucun succès.

Luc Bas, propriétaire de l'entreprise LogiBois, concepteur de maisons en bois, fournira les chalets. Il a offert le premier à ISF 33… et il ne reste plus qu'à trouver un bout de jardin pour l'accueillir. Ce premier « chalet témoin » serait proposé gratuitement au propriétaire qui devra ensuite le louer 99 euros par mois à un protégé d'ISF 33.

Renseignements : isf33@hotmail.fr et 05 57 96 76 60.

Repost 0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 20:55

Photo : - Un J'aime & Partager = Un soutien ♥ - Mettez tous un ♥ - [si tu ignores cette photo ,tu n'as pas de coeur ...]

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 07:56

Un pasteur révolutionnaire auprès des défavorisés

Un pasteur révolutionnaire auprès des défavorisés
Interview. Voilà 65 ans qu’Ernst Sieber vient en aide aux sans-abris et aux marginaux. Sans s’essoufler, ce pasteur trouve sa motivation dans la certitude que Dieu l’appelle à servir son prochain. Un mot d’ordre qu’il invite chacun à faire sien
Connu comme le pasteur des sans-abris, Ernst Sieber nous exhorte à modifier notre comportement envers les    ...LA SUIVRE http://quartdheure.alliance-presse.info/articles.php/un-pasteur-revolutionnaire-aupres-des-defavorises-7981.html
Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:22

Voici la définition d'une maraude sociale :    

Xavier Emmanuelli lança l'idée de maraude. Le principe en était simple : sillonner les rues de Paris, à la rencontre des SDF, pour leur amener soupe, café, nourriture sèche, couvertures, duvets, vêtements, sous-vêtements, chaussettes, chaussures etc.

UNE MARAUDE EVANGELIQUE C'EST AUSSI CELA ET ON APPORTE AUSSI LA PAROLE DE DIEU !

QUI EST PARTANT OU PARTANTE POUR M'ACCOMPAGNER ?

 

Patrice Garriga

Patrice mail: patrice33320@gmail.fr

 

  Si tu vois ton Frère tombé dans la boue, n'aie pas peur de te" salir" pour l'en sortir"
J.P ancien SDF

 

HUMANITAIRE EVANGELIQUE . LOUIS PELTZER

 http://www.messagerdelapaix.org/index.php?id=4

 

SPURGEON : LE MINISTERE SOCIAL DU CHRETIEN

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/article-le-ministere-social-incontournable-du-chretien-113038604.html

 

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 12:24

DÉSIRER LE BIEN ÊTRE DE NOTRE PROCHAIN !! Dieu aime passionnément les pauvres et les gens vulnérable,il désire ardemment que Son Église imite cette passion(Jacques.1:27;Jérémie.22:16;1 jean.3:17;Proverbes.14:31). Dieu,nous donne la richesses pour être des sources d'encouragement et des bénédictions pour les autres. Que Dieu vous bénisse et Bonne journée.

DÉSIRER LE BIEN ÊTRE DE NOTRE PROCHAIN !!
Dieu aime passionnément les pauvres et les gens vulnérable,il désire ardemment que Son Église imite cette passion(Jacq...
Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 18:11
Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 17:48
Avertissement aux responsables injustes,qu'ils soient religieux ou politiciens, Dieu vous voit et vous demandera des comptes :

Esaïe 3:13 L’Eternel s’est levé, il intente un procès,
il se tient là, prêt à juger son peuple.
14 Il traduit en justice les responsables de son peuple avec ses dirigeants :
...
« Vous avez dévasté la vigne.
Vous avez entassé dans vos maisons ce que vous avez pris aux pauvres.
15 Pourquoi donc écrasez-vous mon peuple
et foulez-vous aux pieds la dignité du pauvre ? »
c’est l’Eternel qui le demande,le Seigneur des armées célestes.
Repost 0

Média Evangélique

 

Animé par Patrice Garriga

Prédicateur de rues et en porte à porte.

Coéquipier avec les pasteurs du désert.

Engagé dans plusieurs associations humanitaires.

contact: patrice33320@gmail.com

Autres sites que j'anime:   

              http://unseulcheminjesus.over-blog.com

http://evangeliser-selon-la-bible.over-blog.com/

    http://sectes-et-mouvements-religieux-en-france.over-blog.com/

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/

             

 

 

Rechercher Dans Ce Site

LA BIBLE DIT

Lecture de ce troisième dimanche de l'Avent : Livre de Sophonie 3,14-18. Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » J'ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l'humiliation. Livre d'Isaïe 12,2.4bcde.5-6. Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte, Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur ! car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7. Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire ; soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18. Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

NUMEROS D'URGENCE

NUMEROS D'URGENCE ,que faire quand? .....
 http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-24540246.html   
EUTHANASIE,AVORTEMENT?un médecin vous répond.
  http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-26509553.html     
ANNUAIRE DES EGLISES EVANGELIQUES DE FRANCE
  http://www.eglises.org/        
COURS BIBLIQUES PAR INTERNET 
http://www.info-bible.org/cinq/