Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 15:03

Mais que dit l'Ecriture? Elle dit que "l'homme spirituel juge de tout" (1 Corinthiens 2:15). Ne serions-nous plus assez spirituels pour discerner le mal? Paul s'adressait à ses lecteurs comme à des personnes à la fois raisonnables et spirituelles, les invitant à juger eux-mêmes de ce qu'il leur disait (1 Corinthiens 10:15). Mais juger veut tout d'abord dire examiner, apprécier, distinguer, émettre un avis, et non pas simplement prononcer une condamnation. Seul un chrétien respectueux de la Parole de Dieu et animé du Saint-Esprit aura à la fois assez d'amour, de connaissance spirituelle, de clairvoyance, d'humilité et de fermeté pour pouvoir juger ainsi. Il est vrai que Jésus a dit : "Ne jugez point afin que vous ne soyez pas jugés" (Matthieu 7:1). C'est qu'il y a de ces jugements téméraires, hâtifs, injustes et hypocrites que le Seigneur réprouve. Mais il en est d'autres qui s'imposent, parce qu'ils sont destinés à protéger les chrétiens et les églises contre les ruses de l'adversaire qui tend à désarmer les enfants de Dieu. Beaucoup de personnes, ayant de bonnes intentions mais étant peu éclairées, sont plus préoccupées par un rapprochement sentimental et superficiel des chrétiens de toutes tendances, que par la manifestation de la véritable unité dans la vérité révélée et dans l'amour vrai. L'apôtre Paul a mis en garde contre ceux "qui suscitent divisions et scandales en s'écartant de l'enseignement reçu" en ordonnant, non pas de se rapprocher, mais de s'éloigner d'eux (Romains 16:17). Il a dénoncé et jugé ceux qui pervertissaient l'Evangile en annonçant un autre évangile (Galates 1:7-9), tout comme l'apôtre Jean ordonna de ne pas recevoir celui qui n'apportait pas la vraie doctrine du Christ (2 Jean 10). Etait-ce de l'intolérance de la part des apôtres ou plutôt la preuve de leur sollicitude pour les chrétiens dont ils avaient la charge ? N'est-ce pas une ruse du diable que de faire passer pour de l'intolérance toute signalisation de dangers qui menacent la vie spirituelle des enfants de Dieu?

Définition

Si être tolérant signifie respecter la liberté et les opinions d'autrui, ne pas chercher à imposer aux autres nos propres vues et essayer de comprendre les leurs, alors nous sommes pour la tolérance et nous ne pouvons que condamner l'intolérance, cette "attitude hostile et agressive à l'égard de ceux qui ne partagent pas nos idées". Mais si, par tolérance, on entend cette ouverture à l'erreur, ce refus de prendre position pour ce qui est vrai et juste et contre ce qui est faux et inique selon les Ecritures, alors il ne s'agit plus de tolérance, mais d'une défaillance par laquelle on se rend complice du mal. On constate que ceux qui parlent beaucoup de tolérance se montrent souvent très intolérants à l'égard de ceux qui ne les suivent pas. Il y a d'ailleurs dans la notion même de tolérance une évidente dépréciation de celui que l'on tolère, c'est-à-dire auquel on accorde une liberté limitée et non un droit véritable.

Vigilance

Le chrétien qui se veut fidèle au Seigneur doit certainement savoir écouter et respecter celui dont les opinions diffèrent des siennes et faire bon accueil à qui est faible dans la foi (Romains 14:1). Mais il lui faut aussi veiller à ne pas favoriser ce qui, à la lumière de la Parole de Dieu, lui apparaît comme une erreur et à ne pas se laisser lui-même gagner par celle-ci en se montrant à son égard plus tolérant que ne le furent Christ et les Apôtres. En annonçant tout le plan de Dieu sans en rien cacher (Actes 20:27), les apôtres ont aussi dénoncé les œuvres infructueuses des ténèbres (Ephésiens 5:11). Or, en ce qui concerne ce dernier point, on constate un certain assoupissement des sentinelles. N'y aurait-il plus de dangers à craindre, ou les sentinelles seraient-elles frappées de cécité au point de ne plus les percevoir? C'est parfois aussi par opportunisme, pour avoir la paix, ou au nom d'une charité mal comprise que l'on refuse de stigmatiser le mal et l'erreur.

Pas de confusion

Il incombe donc aux serviteurs de Dieu conscients de ces dangers d'analyser ce que professent ceux qui, au nom de la tolérance, cherchent à réunir le meilleur et le pire. C'est parce que la fidélité à la Parole de Dieu, la fermeté dans la foi et le refus du compromis avec l'erreur sont en maints lieux considérés comme de l'intolérance que le mal rencontre de moins en moins de résistance dans beaucoup de milieux chrétiens. Pesons donc les mots que nous utilisons et ne leur attribuons pas un sens impropre, de peur que la confusion n'augmente encore plus et que le peuple, même le peuple de Dieu, ne sache bientôt plus distinguer sa droite de sa gauche.

Heureusement qu'il se trouve encore des enfants de Dieu, avertis qui n'ont pas peur des mots, qui ne transigent pas lorsqu'il s'agit d'exigences divines à respecter, et dont la complaisance ne va pas jusqu'au silence coupable, voire même au reniement.

Etre vraiment tolérant, c'est d'abord admettre que chacun puisse exprimer sa pensée et agir selon ses convictions, pour autant que cela ne porte pas atteinte à la liberté et aux droits d'autrui. Mais être tolérant, c'est aussi reconnaître à chacun la liberté et le droit de dire pourquoi il n'est pas d'accord avec telle orientation, tel enseignement ou telle pratique et de prendre les décisions que lui dicte sa conscience. Là où toute analyse critique est condamnée, là où il faut subir en silence la loi du plus fort ou des plus nombreux, il n'y a plus de tolérance, mais de l'évidente intolérance.

Conclusion

Tolérance ou intolérance? Ce sont des termes dont l'emploi n'est pas sans équivoque et qu'il ne faudrait pas utiliser sans en préciser l'acception qu'on leur donne. Il y va de la vérité, non pas de la nôtre, mais de celle du Seigneur. Seule sa vérité libère (Jean 8:32) et sanctifie. Or, sa Parole est la Vérité (Jean 17:17). C'est elle qui doit déterminer jusqu'où peuvent aller nos "ouvertures" et nos alliances sans qu'elles ne deviennent des trahisons ou de l'apostasie.

Source: Centre de Recherches, d'Information et d'Entraide (CRIE)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Média Evangélique

 

Animé par Patrice Garriga

Prédicateur de rues et en porte à porte.

Coéquipier avec les pasteurs du désert.

Engagé dans plusieurs associations humanitaires.

contact: patrice33320@gmail.com

Autres sites que j'anime:   

              http://unseulcheminjesus.over-blog.com

http://evangeliser-selon-la-bible.over-blog.com/

    http://sectes-et-mouvements-religieux-en-france.over-blog.com/

http://chretiensevangeliquesaquitaine.over-blog.com/

             

 

 

Rechercher Dans Ce Site

LA BIBLE DIT

Lecture de ce troisième dimanche de l'Avent : Livre de Sophonie 3,14-18. Pousse des cris de joie, fille de Sion ! éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » J'ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l'humiliation. Livre d'Isaïe 12,2.4bcde.5-6. Voici le Dieu qui me sauve : j'ai confiance ; je n'ai plus de crainte, Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; il est pour moi le salut. Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! Redites-le : « Sublime est son nom ! » Jouez pour le Seigneur ! car il a fait des prodiges que toute la terre connaît. Jubilez, criez de joie, habitants de Sion, car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël ! Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7. Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire ; soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,10-18. Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! » Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. » A leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. » Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. » Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

NUMEROS D'URGENCE

NUMEROS D'URGENCE ,que faire quand? .....
 http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-24540246.html   
EUTHANASIE,AVORTEMENT?un médecin vous répond.
  http://jesus-sauve-aujourd-hui.over-blog.com/article-26509553.html     
ANNUAIRE DES EGLISES EVANGELIQUES DE FRANCE
  http://www.eglises.org/        
COURS BIBLIQUES PAR INTERNET 
http://www.info-bible.org/cinq/